Regard sur les Ouïghour-e-s N°6

Editorial

L’équipe de Regard sur les Ouïghour-e-s est fière de vous présenter ce nouveau numéro qui a, certes, nécessité un temps d’élaboration bien plus long que ce que nous escomptions, mais dont le retard est amplement justifié par la qualité des articles proposés.

La rédaction a, notamment, le privilège d’être autorisée à publier un extrait du livre de Sylvie Lasserre, Voyage au pays des Ouïghours. L’auteure y décrit le déroulement d’un samâ, c’est-à-dire d’une danse traditionnelle venant clore le ramadan, dont elle a été témoin à Kashgar avant 2010. Elle nous offre ainsi une observation ethnographique précieuse qui illustre aussi bien le climat général dans lequel a lieu un tel rite, que les tensions qui traversèrent et constituèrent son expérience personnelle de cet évènement.

Le chercheur politiste Rémi Castets, maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne nous propose, quant à lui, un article scientifique inédit : il revient sur l’histoire du peuple ouïghour, une histoire relativement contemporaine puisqu’il s’agit pour lui de se pencher ici sur la genèse du nationalisme ouïghour depuis la fin du XIXème siècle jusqu’aux années 1930, louvoyant entre modernité djadide et conservatisme traditionaliste, à la croisée des chemins des pouvoirs chinois, soviétiques, et japonais.

Dans une autre optique, l’équipe de la revue aimerait mettre en lumière le travail artistique d’une jeune photographe ouïghoure, Subinur Ismayil, qui nous détaille sa trajectoire biographique, notamment en France dans son école de photographie.

Il est également question, dans ce numéro six, des actualités de la diaspora : des dernières manifestations scientifiques internationales mettant en avant les Uyghur studies à l’éclosion du nouveau cinéma ouïghour. Dans un autre registre, celui des questions pratiques, Camille Grin détaille les réflexes à avoir, en France, en cas d’agression sexuelle ou de viol.

Enfin, pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi le cours d’ouïghour depuis le début (nous en sommes déjà à la sixième leçon !), le mot sur la couverture du côté francophone signifie… “ ouïghour”, en ouïghour !

Nous vous souhaitons un bel été.